sans un équilibre de forces, je m’en balance

la figure de la divinité, telle qu’elle nous est proposée, ne m’intéresse pas car on ne peut pas conce­va­blement se venger pour le malheur qu’elle nous inflige, gratui­tement parfois… car la divinité est inatta­quable, inattei­gnable, mis à part quelques sauts d’humeur insigni­fiants que l’on peut lui provoquer par l’exercice de nos humbles dignités…

mitropo-cerna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>